Les outils pédagogiques

4.1. Introduction

Dans ce chapitre sont décrits les outils pédagogiques théorique que la garderie Ludo & Duc favorise pour remplir pleinement sa mission tant envers les enfants que les parents. Nous entendons par outils pédagogiques deux choses bien distinctes :

  1. Les aptitudes professionnelles que la garderie défend
  2. Les moyens pédagogiques théoriques mis en place pour garantir le respect de ses attitudes.

Ce ne sont donc pas des activités proposées aux enfants qui sont abordées dans ce chapitre (les activités sont décrites aux chapitres des outils didactiques), mais une ligne de conduite générale que la garderie applique au quotidien.

4.2. Aptitudes professionnelles

4.2.1. La réflexion, le recul

Elle fait appel à la capacité de l’éducatrice à rapporter ses actes, ses observations aux diverses notions théoriques qu’elle a étudiées. Elle permet les ajustements aux nécessités dictées par les diverses situations. La réflexion est donc un moyen sollicité quotidiennement pour préparer, anticiper, agir et pour transmettre les informations. C’est également le moyen qu’une équipe a pour évaluer son travail et le perfectionner sans cesse.

Si les éducatrices pensent qu’un enfant peut avoir un problème, elles se doivent de prendre le recul nécessaire, afin de déterminer si le problème de l’enfant est d’ordre général ou plus directement lié à une personne. Car lorsqu’un enfant peut se sentir mal, ou réagir négativement, ce n’est pas forcément un problème de l’enfant, cela peut aussi être un problème lié à l’interaction personnel avec l’enfant, l’ambiance environnante, etc.

4.2.2. Le perfectionnement

La réflexion doit s’enrichir par le perfectionnement professionnel, les lectures, les échanges interprofessionnels, la confrontation interdisciplinaire et par les expériences de vie de chacun des membres de l’équipe.

4.2.3. Le respect

Le respect permet d’accueillir l’enfant et sa famille dans l’acceptation de leur choix de vie et la prise en considération, sans jugement de valeur, de leur personne, de leur culture et de leur mode de vie.

Le respect incite également chaque membre de l’équipe à considérer sa (ses) collègue(s) comme des personnes autonomes et responsables de leurs actes. Il permet à chacune de trouver sa place dans l’équipe et de mettre en valeur ses capacités personnelles, dans l’intérêt des enfants accueillis, de leur famille et de l’ensemble de l’institution.

Le respect a cependant ses limites: les éducatrices qui suspectent une éventuelle négligence où une maltraitance qui pourrait mettre en danger l’intégrité mentale ou physique d’un enfant, sont tenues d’en référer à la direction qui en avisera les autorités compétentes selon le processus ad hoc.

4.2.4. La négociation

Nul n’est détenteur à lui seul de la Vérité, du Savoir ou de l’Equité. La négociation est, compte tenu de ce qui précède, le moyen non conflictuel d’envisager l’harmonisation du travail éducatif à l’intérieur d’une équipe.

La négociation permet en outre d’aborder avec les familles des sujets aussi divers que le temps consacré à l’adaptation de l’enfant, le respect des horaires de la garderie, la régularité de la fréquentation de l’enfant, la nécessité d’entreprendre une démarche particulière, etc.

La négociation est également proposée aux enfants comme moyen de gérer leurs conflits. Pour ce faire, il est impératif que l’éducatrice entende les deux versions des enfants opposés et qu’elle leur propose, soit de trouver eux-mêmes une solution qui réjouisse chacun, ou, selon les enfants, qu’elle propose une solution en s’assurant qu’elle satisfasse chacune des parties. La négociation est le mode relationnel privilégié par l’éducatrice qui s’adresse à un enfant dans les situations qui le nécessite.

La négociation est donc la mise en commun d’idées divergentes et la recherche de résolutions satisfaisantes pour tous. Elle implique la verbalisation, l’écoute et l’imagination constructive.

4.2.5. La collaboration, la concertation

Travailler ensemble, c’est faire part de ce que nous ressentons à nos collègues, à notre groupe ou à l’ensemble de l’institution. La collaboration est essentielle à la garderie Ludo & Duc, car cela permet de mettre en œuvre des projets communs, inter-groupe. Ainsi les projets qui favoriseront la collaboration et non l’individualisme seront mis en avant et soutenus par la direction.

La concertation fait référence d’une part à la négociation, mais également à la nécessité de la planification du travail éducatif. Ce travail se fait en équipe lors des colloques. Il permet d’envisager le suivi de l’évolution des enfants, des groupes, des relations privilégiées avec les familles ou avec des intervenants extérieurs à la garderie. Il permet de déterminer le bien-fondé des démarches à entreprendre, des achats à effectuer ou des suggestions à soumettre à la direction.

La concertation se trouve donc au carrefour des actes pédagogiques et relationnels : (éducatrices) – équipe, équipes-direction, direction-comité).

4.3.6. L’adaptation

L’adaptation est une constante du travail éducatif. Elle est exigée, sollicitée à chaque instant de la journée.

Adaptation aux enfants : recherche de compréhension de leur langage (verbal ou non), reconnaissance de l’état (fatigue, excitation, tristesse, ennui, etc.) dans lequel se trouve l’enfant. Reconnaissance de l’enfant comme entité sociale.

Adaptation au groupe : reconnaissance de la dynamique du groupe présent, reconnaissance des variations de cette même dynamique selon les moments de la journée, selon les évènements, selon les individus en présence.

Adaptation aux collègues : dans le choix des activités, dans l’utilisation des locaux, dans les priorités qu’elles ont choisies, dans leur mode d’expression, etc.

Adaptation aux parents : reconnaître leur besoin spécifique, leur culture, leurs attentes : face à leur enfants d’une part, et face à l’institution, d’autre part.

Adaptations aux lieux : connaissance de l’usage possible des locaux ou de l’extérieur, aménagements adéquats.

Dans toutes ces situations où l’adaptation est sollicitée, l’éducatrice devra mettre en œuvre ses capacités d’imagination, son ingéniosité, ses références pratiques et théoriques, ceci dans l’objectif de garantir à chacun une réponse adéquate.

4.2.7. La valorisation

Dans le but de permettre à l’enfant d’explorer son environnement, ses possibilités relationnelles, cognitives, motrices, manuelles ou affectives, il faut qu’il soit intimement convaincu de ses capacités personnelles. Le discours qui tend à le surprotéger ou à le renvoyer systématiquement à son jeune âge ou à son inexpérience aura pour résultat de le rendre craintif et timide. A l’opposé, une sur-stimulation, la non prise en compte de son âge de développement, risque d’aboutir aux mêmes résultats, en enfermant l’enfant dans des situations d’échec, à cause de la non pertinence des exigences qui lui sont posées.

Dès lors, comment agir pour que l’enfant découvre et utilise ses capacités ? Comment le renforcer dans ses apprentissages ?

En le valorisant à chaque occasion, en lui confirmant notre certitude qu’il peut faire tout seul, en lui montrant en quoi ce qu’il fait, dit ou démontre est personnel et fait partie de ses capacités, nous le rassurons et lui permettons de progresser dans chaque domaine, vers la découverte de ses possibilités. De plus, cette attitude volontaire de l’éducatrice va avoir pour effet de poser un regard positif sur l’enfant, évitant de ce fait de l’enfermer dans un rôle donné, tel que, notamment : le terrible, le maladroit, le pot de colle. Autant de stigmatisations désastreuses pour l’enfant qui ne pourra dès lors qu’agir dans le sens attendu par l’adulte.

La valorisation soutiendra les transmissions faites aux parents qui, à leur tour, pourront apprécier les progrès réalisés par leur enfant.

Mais attention, la valorisation n’est en aucun cas synonyme de laisser faire béat. Elle impose au contraire à l’éducatrice d’être très claire sur les limites qu’elle pose, à qui elle les pose et comment elle les présente et les rappelle aux enfants. La valorisation implique également que l’éducatrice ne minimise pas les difficultés que peut rencontrer l’enfant, un parent, une collègue, ou elle-même. Mais qu’elle en tienne compte pour trouver d’autres chemins permettant de dépasser, voire de supprimer la difficulté présente.

4.2.8. Le devoir de discrétion

Bien évidemment, l’ensemble de l’équipe travaillant à la garderie est soumise au devoir de discrétion. Les informations que la garderie reçoit tant sur les enfants, sur les parents, sur les situations financières, sur le mode de vie des familles, ou plus simplement dit : sur tout ce qui touche la sphère privée, reste strictement confidentielle et n’est pas dévoilé à des tierces personnes.

Seule une suspicion de mise en péril du bien-être physique et/ou psychique d’un enfant doit être transmise à la direction, qui est tenue dès lors d’agir en conséquence, avec les moyens légaux à sa disposition, et en concertation avec les parents concernés si la situation le permet.

4.3. Les moyens pédagogiques

4.3.1. L’observation

L’observation est un acte permanent dans le travail éducatif, ce qui signifie qu’elle est une des bases de la profession, qu’elle est par conséquent l’outil par excellence. Dans le sens où l’observation doit être à l’origine même de nos réactions, réflexions ou interactions avec l’enfant, sa famille ou l’équipe.

L’observation ne peut s’arrêter à la surface des choses, elle doit être affinée et volontairement orientée afin de capter les subtilités des comportements, dans le but de valoriser l’enfant ou le groupe d’enfants observés.

L’observation peut, le cas échéant, faire l’objet de fiches mettant en exergue un ou plusieurs aspects particuliers (exemples : interactions, vocabulaire, déplacement). Ces fiches seront par la suite analysées et permettront de construire une réflexion et un mode de comportement adéquat envers les enfants (exemples : modification de la manière que l’éducatrice a de proposer son aide, demande d’un bilan médical, ou autre). On le voit, l’observation est le moyen professionnel en fonction duquel l’action, qu’elle soit réflexion, anticipation, négociation, prévention ou toute autre forme qu’elle peut prendre, pourra se mettre en place au mieux des intérêts de l’enfant.

4.3.2. La communication

La communication est une action très importante pour une équipe éducative, savoir bien communiquer fait partie intégrante de la bonne marche d’une institution. Au quotidien, il se passe une grande quantité d’actions, d’interactions, d’évènements. L’éducatrice doit, dès lors, être en mesure de pouvoir être attentive à ce qui se passe, être apte à sélectionner les informations importantes et réfléchir à la manière de les transmettre aux personnes appropriées, soit, suivant la nature de l’événement : aux enfants, à ses collègues, aux parents de l’enfant ou à la direction.

De même, lorsqu’une éducatrice remarque qu’un enfant ne va pas bien, ou ne fonctionne pas comme à l’habitude, elle veillera à avoir une discussion personnelle avec l’enfant de manière à déterminer ce qui ne va pas afin de pouvoir mettre en place, à court ou à long terme une solution permettant d’améliorer le bien-être de l’enfant.

4.3.3. La formation

Le SPJ est garant du respect des normes concernant l’engagement du personnel, et ceci en fonction du niveau de qualification et des expériences antérieures qu’il possède. La formation continue est proposée et valorisée pour chaque employé durant sa carrière et constitue un outil supplémentaire pour favoriser une qualité dans les prestations d’accueil. Cet engagement dans la formation continue favorise la dynamique réflexive au sein de nos structures et permet ainsi de réévaluer constamment nos pratiques en vue de les faire évoluer.

Le suivi des stagiaires, apprentis ou tout autres étudiants est assuré par du personnel formé en tant que praticien-formateur ou ayant suivi des cours de formateur en entreprise ou institution. Ainsi, les étudiants bénéficient d’un encadrement compétent pour les besoins de sa formation et en retour, la structure se nourrit des apports de ces apprenants : regard neuf sur les pratiques suscitant réflexion, réalisation de projets, apports de sujets de réflexion sur base de théories nées des recherches les plus récentes.

4.3.4. Les colloques d’équipe

Des colloques d’équipe se tiennent également de façon hebdomadaire afin de préparer les programmes d’activités mais aussi pour nous permettre de penser nos pratiques et laisser place à la réflexion...
Dans cette perspective, nous devons donc sans cesse nous poser les questions suivantes : Quelle activité mettre en place et comment la mener correctement ?, Dans quel but proposons-nous cette activité ? , Pourquoi telle réaction (positive ou négative) de la part d’un enfant ou d’un groupe d’enfants lors d’une sortie, de la pratique d’un jeu, d’un bricolage, … ou pendant un moment particulier de la journée ?, Comment réagir face à un problème ?, Quelles solutions envisager pour y remédier ?, Quelle attitude à adopter ?,.. Et parfois même, où et comment trouver de l’aide ?
C’est également un moment où l’on peut analyser des situations vécues, trouver des outils pour pallier d’éventuels dysfonctionnements et proposer des solutions aux difficultés rencontrées.

4.3.5. Le temps de travail hors enfants

Les temps de travail hors présence des enfants se déclinent en période de travail individuel, pour préparer des entretiens notamment à l’aide des grilles d’observation. Il arrive qu’il soit nécessaire de soutenir la parentalité de manière plus appuyée et donc de se rencontrer régulièrement.
Ces moments nous permettent également d’organiser des activités extraordinaires, de préparer les temps de fêtes, les bricolages collectifs et les événements divers qui rythment l’année : fêtes diverses, de fin d’année, ou animations... Au vu de ce qui précède, ces périodes nous paraissent des plus précieuses pour mener au mieux notre mission éducative en offrant un espace aux divers partenaires.

4.3.6. L’arrivée de l’enfant

A l’arrivée de l’enfant, il est nécessaire que les éducatrices puissent avoir un moment d’échange avec les parents. En effet, les moments qu’aura passé l’enfant à l’extérieur de la garderie peuvent influencer sont état d’esprit, son humeur, ses envies et ses besoins.

Souvent les parents sont pressés et partent sans laisser les informations nécessaires qui permettront aux éducatrices de pouvoir créer le contexte éducatif qui répondra pleinement aux besoins de l’enfant.

L’équipe de la garderie veillera particulièrement, qu’à l’arrivée de l’enfant, un moment d’échange puisse avoir lieu avec les parents.

Lors de l’admission d’un enfant, le sujet de l’arrivée de l’enfant et des parents à la garderie Ludo & Duc est mis en évidence par la direction : ce que nous attendons des parents au niveau de leur disponibilité et des informations à nous transmettre leur est expliqué, de manière à sensibiliser les parents sur l’importance que la garderie accorde à ce moment. Mais aussi pour que les parents puissent planifier l’arrivée de leur enfant en conséquence.

4.3.7. Le résumé de la journée aux parents

De même, au départ de l’enfant, il est nécessaire qu’un moment soit pris pour rendre compte de la journée qu’a passé l’enfant à la garderie. Les éducatrices doivent pouvoir décrire les différentes expériences qu’a vécu l’enfant, éventuellement de demander aux parents comment ils abordent telle ou telle chose avec leur enfant (afin de ne pas contrecarrer leur vision de l’éducation et d’aller dans le même sens), ce qu’il a mangé, un éventuel état de fatigue ou toute autre chose que l’éducatrice peut juger important de transmettre ou de demander. Aussi chaque éducatrice veillera a avoir pu passer un moment avec chaque parent revenu prendre son enfant.

Le moment de la « remise » (transmission de l’enfant à ses parents) est important car il doit permettre à l’équipe éducative, si cela est nécessaire de pouvoir ajuster ou réadapter la prise en charge de l’enfant, en fonction de l’environnement familial de l’enfant.
Là aussi, lors de l’admission de l’enfant, le moment de la « remise » est mis en évidence par la direction, afin de sensibiliser les parents sur l’importance que la garderie lui accorde et pour que les parents puissent planifier leur départ en conséquence.

4.3.8. Le bilan (rencontre avec les parents)

Pouvoir s’entretenir avec les parents de manière formelle et planifiée est un des besoins de la garderie, mais aussi des parents.

Des bilans sur la prise en charge de l’enfant, sur son évolution ou sur sont état de santé sont donc nécessaires.

Lorsque tout se passe bien, la garderie fait ce type de bilan une fois par année, à une date fixée d’entente avec les parents. Mais il se peut, suivant les situations, ou simplement les périodes de croissances que les bilans soient sollicités de manière plus fréquente. Bien que souvent les bilans soient sollicités par l’équipe éducative, les parents sont en droit de demander un entretien dès qu’ils le jugent nécessaire, soit pour faire le point de la situation, avoir des réponses à des questions ou informer d’évènements importants qu’ils jugent devoir transmettre à l’équipe éducative.

4.3.9. Le conseil externe

Suivant les problématiques rencontrées à la garderie, il peut arriver que certaines situations dépassent les compétences du personnel. Dès lors des conseils externes peuvent être demandés.

Les situations ne pouvant pas toutes être prévisibles, la nature des conseils que les éducatrices peuvent demander ne peut être exhaustive, et nous ne pouvons qu’en citer les principaux :

L’équipe, suivant les cas peut demander les conseils auprès de pédiatres, de spécialistes en phonétique, du service de protection de la jeunesse, de kinésithérapeutes, de pédo-psychologues, etc.. Bien évidemment dans la mesure du possible, ce type d’avis sera demandé avec l’accord des parents, et en aucun cas sans les avoir avertis. La garderie Ludo & Duc précise qu’il s’agit là d’un conseil pour l’équipe éducative destiné à son travail éducatif. Les parents restent seuls responsables de faire consulter leur enfant par un spécialiste.

4.4. Conclusion

Ce chapitre démontre clairement, qu’il est primordial pour l’enfant, qu’une excellente collaboration prenne place entre les parents et l’équipe de la garderie. L’équipe veillera donc à faire le nécessaire pour être disponible aux parents, mais cela reste aussi à charge des parents de pouvoir être disponible pour la garderie lorsque le besoin s’en fait sentir pour leur enfant

Crèche Ludo & Duc au Mont-sur-Lausanne
Crèche Ludo & Duc au Mont-sur-Lausanne
Crèche Ludo & Duc au Mont-sur-Lausanne